Résumé en français

La bactérie Chlamydia trachomatis est à l’origine de l’infection sexuellement transmissible la plus répandue dans la plupart des pays Européens, dont la France et en particulier parmi les jeunes adultes. Les infections à C. trachomatis, asymptomatiques dans la majorité des cas, sont à l’origine de complications graves souvent irréversibles, même après traitement, d’où l’intérêt d’un dépistage systématique : chez la femme, il s’agit d’une des principales causes d’infertilité et la première cause d’infertilité tubaire. Chez l’homme, l’infection, plus souvent asymptomatique, peut se compliquer d’épidymite.

Les différentes enquêtes socio-comportementales montrent que les IST sont le plus souvent diagnostiquées à un stade symptomatique. Il importe donc de favoriser le dépistage de ces infections à un stade plus précoce en développant une proposition adaptée selon les différents publics.

Ainsi, en population générale, le dépistage des chlamydiae doit être élargi en particulier pour les femmes jeunes et les multipartenaires, pour limiter les risques de stérilité et de grossesse extra-utérine. Les jeunes de 18-24 ans continuent à consulter leur médecin généraliste au moins une fois par an ce qui pourrait constituer une possibilité d’élargir ce dépistage.

Un projet Européen concernant le dépistage de C. trachomatis en soins primaires a été initié en 2014. Il a pour objectif d’inciter les Médecins Généralistes à proposer un dépistage opportuniste de C. trachomatis à leurs patients de 18 – 24 ans dans le cadre d’une prise en charge de la santé sexuelle. Dans ce but, une formation spécifique apporte à ces médecins les informations et outils adaptés à leur activité. Cette formation a été assurée dans le cadre de ce projet pilote par des médecins formateurs préalablement familiarisés avec les méthodes de visite confraternelle, l’abord de la santé sexuelle et les outils adaptés à proposer aux généralistes de ville. En effet, des entretiens au préalable avec des médecins généralistes et des experts ont permis d’élaborer ces outils destinés çà faciliter l’incitation au dépistage opportuniste de ces infections chez les adultes jeunes de 18 à 24 ans. Ces outils ont été proposés à un groupe de 103 médecins généralistes du département des Alpes Maritimes tirés au sort, par l’intermédiaire de visites confraternelles à leur cabinet. Les médecins généralistes ainsi formés ont pu inciter leurs jeunes patients asymptomatiques multipartenaires de 18 à 24 ans à pratiquer un dépistage opportuniste par auto prélèvement vaginal (pour les femmes) ou par prélèvement urinaire (pour les hommes) à Chlamydia trachomatis En cas de prélèvement positif, le patient est contacté par son médecin généraliste qui propose un traitement adapté au patient et son (ses) partenaire(s). Ces outils définitifs seront proposés pour mise en ligne par l’INPES.

Les médecins généralistes ainsi formés ont pu inciter leurs jeunes patients asymptomatiques multipartenaires de 18 à 24 ans à pratiquer un dépistage opportuniste par auto prélèvement vaginal (pour les femmes) ou par prélèvement urinaire (pour les hommes) à Chlamydia trachomatis. Notre démarche a eu pour effet d’accroître de 73% le nombre de tests de dépistage réalisés. En cas de prélèvement positif, le patient est contacté par son médecin généraliste qui propose un traitement adapté au patient et son (ses) partenaire(s).